Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Remarques de Jean-Marc Pellet, responsable du blog

Afin d'animer notre blog (site lo lugarn) nous manquons cruellement de textes en français.

Si notre but est de nous adresser uniquement et exclusivement aux membres de l'IEO et autres "culturalistes occitans" pas de problème !

Si notre but est de vouloir décoloniser l'Occitanie et de nous adresser aux citoyens et citoyennes vivant sur le territoire occitan, c'est mal barré !

Sachant par exemple que dans un petit village d'Ardèche de 900 habitants (chez moi) il existe une seule personne capable de lire les textes en Oc, cherchez l’erreur.

à vos plumes...

Réponse en forme de tribune libre de Jiròni Piques (Picas)

Oui, je crois qu'il ne faut pas hésiter à être un peu cynique au fond en n'étant pas complexé par le fait d'employer sans hésiter pour notre communication des "langues prédatrices" (selon l'expression de Claude Hagège) comme le français ou l'anglais, outils de propagande très efficaces (mais avec l'impact identitaire dramatique que l'on sait).

Oui, on sait bien que la déontologie voudrait qu'on se recentre sur un usage exclusif (en tout cas privilégié) de notre langue occitane, étant donné que la dite langue occitane est l'indice de la nation Occitane, on s'appuie sur son existence pour justifier la décolonisation de l'Occitanie, et réciproquement, le désaliéné, le nationaliste convaincu aura de l'empathie pour la langue occitane, ira peut-être même à la réapprendre, à la pratiquer au maximum au quotidien.

La langue occitane est donc un outil pour l'émancipation de l'Occitanie, c'est acté.

Ceci étant, comme on dit, lorsque le sage montre la lune, l'imbécile regarde le doigt.

La langue occitane est le doigt qui nous sert à montrer l'Occitanie qui est la lune à décrocher, s'intéresser à la dynamique de l'occitan, c'est bien, mais c'est finalement comme participer à un séminaire sur la chirurgie réparatrice du doigt.

Car, pragmatisme oblige, pour atteindre la lune, nous serons plus efficace en tant que nationalistes occitans de travailler à la Nasa pour un projet de fusée lunaire que de simplement rester dans notre zone de confort, nous replier sur notre microcosme en ne nous intéressant qu'à la santé de l'outil-marqueur-identitaire qu'est la langue occitane. Oui, ce faisant, c'est apporter nous aussi notre pierre à l'édifice culturel occitan, ça a un intérêt évident, car si la culture occitane venait à complètement disparaître, le nationalisme occitan n'aurait plus lieu d'être... Du coup, ça nous donne bonne conscience de participer à la dynamique culturelle occitane, et moi le premier j'y contribue. En revanche, dans une logique, une démarche militante nationaliste, il est plus pertinent de privilégier notre temps pour s'inviter dans les causes sociétales avec un drapeau occitan ou intervenir sur les réseaux sociaux, rédiger des communiqués, des articles en français voire en anglais pour toucher au minimum l'opinion publique, au mieux les décideurs, les instances géopolitiques internationales (ONU) sur la légitimité de notre nation occitane.

Bref : avoir des notions de la chirurgie du doigt (contribuer à la sauvegarde de l'occitan), c'est bien... Trouver le moyen technique de décrocher la Lune (faire reconnaître la nation occitane), c'est mieux.

Or, pour la reconnaissance de la nation occitane, l'anglais ou le français en tant que langues-outil-de-communication sont beaucoup plus efficaces que l'occitan en tant que langue-outil-marqueur-identitaire. On peut le déplorer, mais c'est ainsi.

En un sens, la présence publique relayée dans un journal à grand tirage d'un drapeau occitan à  l'occasion de l'inauguration d'une place Jasmin à Agen, ou à n'importe quelle occasion, (manif politique ou festive) où la présence de notre bannière est pertinente fera toujours davantage avancer la cause nationaliste que, par exemple, le compte rendu du correspondant local dans la feuille de chou au tirage limité de la dictée occitane du club du troisième âge ou la chronique d'un concert d'un obscur chanteur folklorique à l'Estivada de Rodez

Qu'il y ait la présence de la langue occitane en plus dans les manifs populaires ou sociétales, "Ucraina liura" contre l'agression russe, lecture d'un poème de Jasmin au moment de l'inauguration de sa place à Agen, "Occitània liura" sur le parcours du tour de France, "Se canta" entonné pour ouvrir un meeting de Lassalle etc en plus de la présence nettement visible de notre drapeau, c'est évidemment la cerise sur le gâteau. Mais ne pas perdre de vue que c'est le gâteau qui est important, pas la cerise...

François FONTAN

François FONTAN

Tag(s) : #Tribune libre, #occitanie
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :