Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Covid 19 et suivants

 

            Il en est des langues régionales comme des masques chirurgicaux, jugés à un moment donné comme inutiles, encombrants, onéreux à entretenir. Cela fait des années que l’on serre la ceinture des hôpitaux, des services publics, des instances territoriales. Qu’il y ait un moment donné quelques économies possibles et rationalisations souhaitables, sans doute ; mais resserrer d’un cran chaque fois qu’un objectif est atteint, est de la folie pure. Où passe l’argent chaque fois économisé ? Dans les paradis fiscaux florissants ? Chez les actionnaires qui s’engraissent ? Dans les rémunérations indécentes de certains grands patrons, postes de hauts fonctionnaires inutiles ou cumulés ?... Qu’est-ce qu’une société qui accepte que des footballeurs gagnent des millions par mois et qui ferme ses laboratoires de recherche « faute de moyens » ?

            Le politique est plus aliéné à l’économique qu’au sanitaire et au social. L’économique n’a pas de morale. Ne nous y trompons pas, l’économique, voire le politique, peuvent sacrifier des milliers de vies au dieu du capital.

            Il y a peu, certains se gaussaient de ce que la France soit le troisième vendeur d’armes dans le monde, mais dans le même temps elle n’est pas capable de fournir les masques dont a besoin sa population quand ils lui sont indispensables.

            Il faut voir que le grand jeu libéral pousse à s’affranchir de dimensions morales au nom d’une prétendue liberté. On crache sur Barbarin mais on adule Polanski. À ce jeu, ce n’est pas la vérité qui gagne, mais c’est le plus fort. Dans cette mécanique déshumanisée, les langues minorisées ont tout à perdre.

            Après la pandémie, on mettra quelques masques de côté, mais la machine économique, incapable de se remettre en cause, risque à nouveau de s’emballer. Et puis, les dérèglements écologiques aidant, d’autres virus (éventuellement plus agressifs) vont venir nous rejeter à la face notre réalité.

            Dans cette tragi-comédie, les petits ont à souffrir, à moins qu’un jour, ils ouvrent les yeux et ne se trompent pas de combat.

 

Jacme Pince

7.04.2020

           

covid-19 et Occitanie

covid-19 et Occitanie

Tag(s) : #Tribune libre
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :