Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Non au rétablissement du Service National

 

Début juin 1977, au moment d’être incorporé dans l’armée française pour une année de service dit national, je ne savais pas pourquoi j’étais anti militariste.

 

Un an après j’avais autant de raisons de l’être que de jours de calvaire kaki et depuis ce temps-là mon aversion pour la gent militaire n’a pas décrue.

 

Le 28 octobre 1997 quand la République Française suspendit le Service Militaire créé en 1905, j’en fus réjoui au plus haut point pour les générations futures.  

 

Grâce à cette décision, (merci Jacques Chirac) chaque année des centaines de milliers de jeunes citoyens ne sont plus obligés d’aller perdre un an de leur jeunesse et de « voir du pays » pour « devenir des hommes ».

 

Autre avantage pour les jeunes d’origine occitane, flamande, bretonne, basque, catalane, corse et alsacienne, ils n’ont plus à effectuer un an au service d’une nation qui n’est pas la leur.

 

À la place, fût mis en place un recensement et une journée d’appel de préparation à la défense appelée Journée Défense Citoyenne qui concerne également les femmes.

Comme beaucoup d’autres États en Europe, la France a choisi de confier sa défense intérieure et extérieure à un corps de professionnels recrutés sur contrats renouvelables et de tourner le dos à la conscription, qui était devenue très impopulaire dans toutes les classes de la société.

Cependant à droite comme à gauche, depuis 20 ans, les partisans du service militaire n’ont jamais désarmé et remette régulièrement une couche de nostalgie du bon vieux temps de l’armée de conscription, qui permettait la cohésion de la nation et de sauver la démocratie et la patrie en cas de danger.

La dernière tentative date de la campagne présidentielle de 2017, lorsque le candidat Emmanuel Macron, futur élu l’a mise dans son programme. Ça aurait pu être une de ces promesses que tout candidat fait, mais auquel il renonce car il y a d’autres priorités politiques.  

Apparemment Sa Majesté y tient. Il veut « un projet de société par les jeunes et pour les jeunes »  « Un plan de cohésion nationale de mixité sociale et territoriale. ». C’est tellement beau qu’on en pleurerait.

Le hic c’est que les dits jeunes n’en veulent pas et ils ont raison. Les jeunes veulent avoir une bonne formation à l’école ou à l’université, ils veulent avoir des boulots d’avenir et bien payés et si c’est possible vivre et travailler au pays.

Tous ces éléments indissociables les uns des autres favoriseront nettement plus la cohésion et la mixité sociale et territoriale que le fait de revêtir un uniforme.    

Heureusement l’affaire n’est pas gagnée d’avance car le caractère obligatoire de ce « Service National Universel » devra passer par une révision de la Constitution française.

Je persiste et signe : La défense (l’armée) et la sécurité (la police) d’un pays – La France aujourd’hui, l’Occitanie indépendante demain - doivent être confiées à un corps compétent de professionnels formés qui ont envie d’exercer ce genre de métier.

Si ce projet de rétablissement d’un Service National qualifié d’Universel parce que étendu aux femmes devait vraiment aller jusqu’au bout, j’appellerais à son boycott par les classes d’âge concernées et je les soutiendrais s’ils étaient victimes de poursuites judiciaires.

Gèli Grande

7 juillet 2018

 

Non au rétablissement du Service National

Non au rétablissement du Service National

Tag(s) : #Tribune libre
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :