Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A mon fraire Gèli Grande

Deux amis perdus en deux jours y a t-il pire malheur qui puisse me frapper ?

Certes la perte de Pèire Boissière me touche. J’avais tant de respect pour l’homme, son intelligence, son humanité, ses talents éclectiques et son engagement humble pour l’Occitanie.

Mas tu frairòt. Te coneissi dempuèi l’an pebre. Tu lo pénegre que causiguèt Occitània coma novèla patria e sa lenga l’occitan. Te mainères que los ageneses avián aquela lenga e un biais de viure diferent e agantères lor afogament pel rugbí de 15.

Cette langue, tu l’avais si bien apprise par l’intermédiaire de ton excellent professeur, Jean Rigouste, qu’elle te servait de véhicule pour tes intérêts multiples : la littérature, la poésie, le cinéma, la toponymie et même le dessin.

Tu qu’èras nascut dins un país a l’encòp berbèr e arab, la parlavas e l’escriviás melhor que io, Occitan de soca mas lengacopat. Pendent 47 ans, cada còp o gaireben que nos sèm vists e telefonats, rarament avèm emplegat un mot de francés.

Nous avons rencontré les mêmes maitres à penser : Maurice Pépin, Jean-Jacques Verdoux, Jacques Ressaire et surtout François Fontan qui ont eu tôt fait de nous convaincre que l’Occitanie était une nation, que ce n’était pas la France et qu’elle avait vocation à devenir libre. Cela ne dépendait que de nous Occitans conscients où que nous soyons nés car l’Occitanie n’exclut pas, elle inclut.

La civilizacion occitana  a inventat lo « viure-amassa » qu’apelam convivéncia.

La lucha per son emancipacion, la menam totes dos dins l’encastre del Partit de la Nacion Occitana dins sa revista Lo Lugarn, sus son blòg e sul terren a las eleccions, a l’Estivada de Rodés, a l’Escòla Occitana d’Estiu, dins los passa-carrièras per l’occitan, a la calandreta Jansemineta e pertot ont la cultura occitana es presenta.

Ton cheminement remarquable a fait de toi notre premier ambassadeur occitan en Israël en 1982, fasciné que tu étais par la renaissance d’une langue considérée comme quasi morte, l’hébreu. Tu pensais avec nous : si les Hébreux ont pu le faire, pourquoi pas nous pour l’Occitan.

Foguèt per tu un moment de gràcia, una experiéncia formatritz. Èras fièr d’èsser entrevistat a la ràdio e television israélianas coma pòrta-paraula d’Occitània. Aquò aviá afortit tas conviccions independentistas e etnistas e te permetèt en seguida de ton sejorn a l’Oulpan Akiva de parlar un ebrèu corrent.

La vie n’a pas été un long fleuve tranquille pour toi. Tu as connu la douleur du déracinement, de l’exil à Paris puis Aix en Provence (malgré la présence amicale d’Éric Possenti) et Bordeaux sans jamais pouvoir retourner en Agenais où ta vie sentimentale tumultueuse avait trouvé l’apaisement avec ton épouse Janine à Layrac.

Puèi retirat, aguères de temps per escriure, mai que mai de poesia, participar a la creacion d’un ostal d’Edicion « Les bouts de papier », m’ajudar per la Quinzena Occitana sens parlar de la cabaneta a l’Estivada de Rodés. T’empachava pas, curiós qu’èras, de me pausar de longa de questions sus l’anglés, la civilizacion britanica e americana o la literatura.

Tout allait bien et tu ne manquais pas de projets mais la maladie sournoise guettait et t’a emporté si vite alors que tous nous te pensions, comme les médecins, sur le chemin de la guérison. J’ai encore beaucoup de mal à comprendre que tu n’es plus là, qu’on ne va plus se parler au téléphone et même des fois s’engueuler car je ne sais que trop être impatient.

Ma sola satisfaccion es qu’ajas poscut asistir, malgrat la malautiá a l’espectacle « Une rencontre insolite Liszt-Jasmin ». Me diguères que l’aviás fòrça presat e per io èra la melhora de las recompensas. T’ai totjorn volgut asociar a çò que fasiái a la comuna d’Agen, per la Quinzena Occitana e pertot. Normal, amb son fraire òm parteja tot.

Et aujourd’hui, nous voilà réunis pour te dire un dernier adieu empli de chagrin, un chagrin que je partage avec ma très chère amie Janine, toute la famille Grande, en particulier la maman de Gèli et toute la famille de Janine sans oublier tous les amis du PNO, les occitanistes et simplement tous les amis.

Mas contunharem ton combat, te lo devèm. Nadau ditz : la libertat qu’ei lo camin.

As plan caminat cap a la libertat.

Visca Occitània liura. Tu t’en vas e nosautres demoram. Lo trabalh de contunhar es per nosautres ara.

Adiu Gèli, mon amic de còr. T’oblidarai jamai

Joan-Pèire Alari

 

Gèli Grande et Janine

Gèli Grande et Janine

Tag(s) : #Actualités, #Tot en Oc, #in memoriam
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :