Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog


Anem Òc per la nacion occitana !

Parti de la Nation OccitaneDe Bordèu a Niça, de Vièlha a Fenestrèla, de Montluçon a Carcassona, sèm pas franceses, nimai espanhòls o italians.
Sèm una nacion e avèm una lenga pròpria totben que, administrativament, siam encara de ciutadans franceses, espanhòls e italians.
Dempuèi la conquista d'Occitània, tròç per tròç, per engana e per la fòrça de las armas (commemoram ongan la debuta de la Crosada contra los Albigeses), lo Reiaume de França, puèi la Republica dicha una e indivisibla an ensajat de nos assimilar e de far de nosautres de franceses del Miègjorn. An gaireben capitat amb l'Escòla laïca obligatòria, la foncion publica, l'Armada, los medias e l'exilh per trapar un emplèc, a nos negar e nos far pèrdre nòstra lenga e nòstra identitat.
An fach çò parièr amb los bretons, los flamencs, los alsacians, los bascs, los catalans e los còrses.
França coneguda a l'estrangièr coma la patria dels drechs de l'òme e lo brèç de la laïcitat, defend la diversitat culturala dins lo mond levat en çò sieu.
A pas ratificat la *Carta europèa *de* *las lengas regionalas o minoritàrias de 1992 perque lo Conselh constitucional s'i opausèt.
Pasmens, lo 22 de mai de 2008, l'Amassada Nacionala francesa votèt a l'unanimitat un/ /emendament al projècte de lei sus la reforma de las institucions que ajusta a l'article 1 de la constitucion la frasa seguenta :
« Las lengas regionalas apartenon a son patrimòni ».
Es una pichona avançada mas aquò depend de la manièra que lo mot patrimòni serà interpretat pels govèrns. De mai, esperam totjorn la famosa lei sus las lengas dichas « regionalas » anonciada pel govèrn que sa tòca deu èstre de donar un estatut legal a aquelas lengas. I a pas cap de dobte que nòstra lenga deu èstre reconeguda oficialament e sa promocion deu èstre ajudada per l'Estat.
Vaquí perque es necite de manifestar de mai en mai nombroses per l'occitan coma o faguèrem en 2005 a Carcassona, en 2007 a Besièrs e coma o fasèm uèi tornarmai a Carcassona.
Çaquelà, nosautres al "Partit de la Nacion Occitana" manifestam pas sonca per convéncer lo govèrn francés de nòstra determinacion. Es mai important de convéncer totes los occitans, d'origina o d'adopcion, que viscan en Occitània o dins la diasporà, que tant que demorarem dins la Republica francesa, sens al minimum l'autonomia, avèm pas d'avenir coma pòble occitan.
Se la reconeissença oficiala de nòstras lengas s'acompanha pas de la seguida de la descentralizacion per reequilibratge dels poders al profièch de las regions en s'inspirar dels modèls d'Espanha, d'Itàlia, d'Alemanha e de Granda Bretanha per anar cap a l'autonomia, l'occitan coma totas las autras lengas de França es condemnat e serem de franceses amb un accent que fa rire los parla-ponchuts. Pas mai.
I a pas de barradissa entre la defensa d'una cultura e l'accion politica. Es la meteissa causa. Cal gausar se pensar occitans e se presentar a totas las eleccions que podèm de manièra independenta, que siá jos l'etiqueta regionalista o autonomista, precisament per prene lo poder en çò nòstre un jorn.
Avèm una bona escasença d'o far per las Regionalas de 2010.
Una lista bailejada per Cristian Lacour es a se montar dins la Region Lengadòc-Rosselhon. La sostenèm coma sostenèm los esfòrces per montar una lista autonomista en Provença.
En defòra de França, i a agut d'avançadas. En Espanha, la Val d'Aran amb son Conselh Generau a un govèrn autonòm e l'occitan es lenga co-oficiala amb l'estatut novèl de la Generalitat de Catalonha. En Itàlia, dins lo Piemont occitan, lo comitat d'organizacion dels Jòcs Olimpics d'ivèrn 2006 a reconegut l'existéncia de la cultura occitana.
Anar a las eleccions sufís pas. Dins la vida vidanta, afortissetz d'un biais pacific nòstra identitat. Parlatz nòstra lenga pertot, dins totes los endrechs publics, dins las entrepresas, utilizatz los pichons noms en occitan, sostenètz las escòlas bilingüas.
L'avenir de nòstra lenga e de nòstra nacion es dins nòstras escòlas. Los joves d'uèi faràn l'Occitània de deman. Aicesta deurà un jorn o l'autre trencar sos ligams de dependéncia respècte a França e venir una Republica Confederala Occitana reünificada e respectuosa de sa diversitat intèrna, membre de l'Union Europèa e de l'ONU.
Per i arribar, nos devèm d'en primièr batre per que nòstras regions obtengan de poders mai espandits e que la Republica francesa se federalize.
Alavetz las regions occitanas se poirián recampar dins una Confederacion d'Occitània. Aquela Confederación poiriá venir autonòma puèi se constituir a tèrme en Republica Confederala independenta. Uèi, lo Partit de la Nacion Occitana, que ven de celebrar lo cinquanten aniversari de sa creacion per Francés Fontan, es a Carcassona pas solament per mostrar nòstras colors e defendre l'occitan mas per prepausar al pòble occitan un projècte de societat e un avenir e perque sèm etnistas prepausam tanben l'emancipacion de las nacions sens estat dins lo mond, Catalonha, País Basc, Escòcia, Tibet eca.
Vos invitam a venir amb nosautres per i trabalhar amassa.

*******************************************
En avant pour la Nation occitane!
De Bordeaux a Nice, de Vièlha à Fenestrelle, de Montluçon à Carcassonne, nous ne sommes pas français, ni espagnols ou italiens.
Nous sommes une nation et nous avons notre propre langue même si, administrativement, nous sommes encore des citoyens français, espagnols et italiens.
Depuis la conquête de l'Occitanie, morceau par morceau, par ruse et par la force des armes (nous commémorons cette année le début de la Croisade contre les Albigeois), le Royaume de France, puis la République dite "une et indivisible" ont essayé de nous assimiler et de faire de nous des Français du Midi.
Ils ont presque réussi avec l'Ecole laïque obligatoire, la Fonction publique, l'Armée, les médias et l'exil pour trouver un emploi, à nous nier et à nous faire perdre notre langue et notre identité.
Ils ont fait de même avec les Bretons, les Flamands, les Alsaciens, les Basques, les Catalans et les Corses. La France, connue à l'étranger comme la patrie des droits de l'homme et le berceau de la laïcité, défend la diversité culturelle dans le monde sauf chez elle.
Elle n'a pas ratifié la Charte européenne des langues régionales et minoritaires de 1992 parce que le Conseil Constitutionnel s'y est opposé.
Néanmoins, le 22 mai 2008, l'Assemblée Nationale française a voté à l'unanimité un amendement au projet de loi sur la réforme des institutions qui ajoute à l'article 1 de la Constitution la phrase suivante : Les langues régionales appartiennent à son patrimoine. C'est une petite avancée mais cela dépend de la manière dont le mot patrimoine sera interprété par les gouvernements.
En outre, nous attendons toujours la fameuse loi sur les langues dites "régionales" annoncée par le gouvernement et dont la finalité doit être de donner un statut légal à ces langues. Il ne fait aucun doute que notre langue doit être reconnue officiellement et sa promotion doit être aidée par l'Etat. C'est pourquoi il est nécessaire de manifester de plus en plus nombreux pour l'occitan comme nous l'avons fait en 2005 à Carcassonne, en 2007 à Béziers et comme nous le faisons aujourd'hui à nouveau à Carcassonne.
Pourtant, nous au Parti de la Nation Occitane nous ne manifestons pas seulement pour convaincre le gouvernement français de notre détermination.
Il est plus important de convaincre tous les Occitans d'origine ou d'adoption, qu'ils vivent en Occitanie ou dans la diaspora, que tant que nous resterons dans la République française, sans au minimum l'autonomie, nous n'avons pas d'avenir comme peuple occitan.
Si la reconnaissance officielle de nos langues ne s'accompagne pas de la poursuite de la décentralisation par rééquilibrage des pouvoirs au profit des régions en s'inspirant des modèles de l'Espagne, de l'Italie, de l'Allemagne et de la Grande Bretagne pour aller vers l'autonomie, l'occitan comme toutes les autres langues de France est condamné et nous serons des Français avec un accent qui fait rire les parle-pointus. Pas plus.
Il n'y a pas de barrière entre la défense d'une culture et l'action politique.
C'est la même chose.
Il faut oser se penser occitans et se présenter à toutes les élections que nous pourrons de manière indépendante, que ce soit sous l'étiquette régionaliste ou autonomiste, précisément pour prendre le pouvoir chez nous un jour.
Nous avons une bonne occasion de le faire pour les Régionales de 2010. Une liste conduite par Christian Lacour est en train de se monter dans la Région Languedoc-Roussillon.
Nous la soutenons comme nous soutenons les efforts pour monter une liste autonomiste en Provence.
En dehors de la France, il y a eu des avancées.
En Espagne, le Val d'Aran avec son Conseil Général a un gouvernement autonome et l'occitan est langue co-officielle avec le nouveau statut de la Généralité de Catalogne.
En Italie, dans le Piémont occitan, le comité d'organisation des Jeux Olympiques d'hiver 2006 a reconnu l'existence de la culture occitane.
Aller aux élections ne suffit pas.
Dans la vie de tous les jours, affirmez de manière pacifique notre identité.
Parlez notre langue partout, dans les endroits publics, dans les entreprises, utilisez les prénoms en occitan, soutenez les écoles bilingues.
L'avenir de notre langue et de notre nation est dans nos écoles.
Les jeunes d'aujourd'hui feront l'Occitanie de demain. Celle-ci devra un jour ou l'autre couper ses liens de dépendance par rapport à la France et devenir une République Confédérale Occitane réunifiée et respectueuse de sa diversité interne, membre de l'Union européenne et de l'ONU.
Pour y arriver, nous devons d'abord nous battre pour que nos régions obtiennent des pouvoirs plus étendus et pour que la République française se fédéralise. Les régions occitanes pourraient alors se rassembler dans une Confédération d'Occitanie.
Cette Confédération pourrait devenir autonome puis se constituer à terme en République Confédérale indépendante.
 Aujourd'hui, le Parti de la Nation Occitane qui vient de célébrer le cinquantième anniversaire de sa création par François Fontan, est à Carcassonne pas seulement pour montrer nos couleurs et défendre l'occitan mais pour proposer au peuple occitan un projet de société et un avenir et parce que nous sommes ethnistes nous proposons aussi l'émancipation des nations sans état dans le monde, Catalogne, Pays Basque, Ecosse, Tibet etc.
Nous vous invitons à venir avec nous pour y travailler ensemble.

Parti de la Nation Occitane
Philippe Bonnet, Président
31440 Marignac (Occitanie)
+33 6 81 37 81 14
B.P. 44 30201 Bagnols** sur Cèze
http://www.p-n-o.org

Tag(s) : #COMMUNIQUÉ (Fra )
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :